Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Le coronavirus, un passage forcé pour la restructuration du commerce chinois ?

Parole aux Alumni

-

20/04/2020

Le coronavirus, un passage forcé pour la restructuration du commerce chinois ?

 

A l’issue de cette longue période de confinement, les chinois commencent à prendre conscience des grands bouleversements qui se sont produits dans leur mode de vie. Pour les consommateurs, l’épidémie a fait apparaître une dépendance absolue envers la vente en ligne, pour la quasi-totalité de leurs besoins de biens matériels et de services. Côté offre, on constate un grand saut des entreprises vers le numérique dans le fonctionnement de l’économie du pays. Les plates-formes numériques répondant aux besoins de la population chinoise confinée ont connu un essor fulgurant.

Le secteur le plus impacté est celui du commerce de détail.

Depuis le confinement, la population, tant urbaine que rurale, a développé son utilisation des plateformes numériques, unique moyen de se procurer des produits de base. En raison du développement spectaculaire du nombre de clients sur ces plateformes, la vente en ligne a explosé par sa rapidité et son meilleur rapport qualité/prix.  

Malgré la fin du confinement, cette tendance continue de s’étendre à d’autres secteurs.  Le 23 mars, à Suzhou, 300 appartements ont été vendus sur plan uniquement par internet. Tout semble montrer que la préférence des consommateurs chinois pour internet est devenue une tendance irréversible.

Dans les mois à venir, il faut s’attendre à une vague de faillites de commerces traditionnels déjà très fragilisés par la crise sanitaire. Les commerces de petite et de moyenne tailles vont perdre leurs clients fidèles. 

Concernant les grandes surfaces, pour celles qui détiennent encore de réserves financières après la crise, la chance de survie sera d’entreprendre une transformation douloureuse afin de modifier radicalement leur mode de fonctionnement.

La plupart de centres commerciaux seront transformés en centres d’activités multiples, combinant activités de loisirs et de vente de biens à la consommation. On pourrait y trouver notamment des « boutiques-témoin » dans lesquelles les clients prendront leur décision d’achat et récupéreront leurs produits à domicile, grâce à l’efficacité surprenante de la chaine logistique chinoise. 

Ce choc post-épidémie sur le commerce de détails pourrait se généraliser dans tous les pays touchés aujourd’hui par la crise de coronavirus. Dès lors, des investissements dans les NTIC (TI) pourraient-ils offrir aux PME/PMI de nouvelles opportunités après le CODIV 19 ?

 

Auteur

Xiao Yuan Laurent (promo 1988)

72 vues Visites

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Nomination

Nominations

ED

Érika DORWLING - CARTER

25 mai

Revue de presse

Dauphine dans la presse cette semaine

ED

Érika DORWLING - CARTER

22 mai

Actualité du Réseau

Rencontre avec Christophe Chenut, Président de Dauphine Alumni

ED

Érika DORWLING - CARTER

22 mai