Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Rencontre avec Sébastien Bourguignon, Responsable du Club Tech

Présentation des Clubs

-

17/01/2020

Dauphine Alumni est allé à la rencontre de Sébastien Bourguignon (Promo 2015), responsable du Club Tech qui compte 293 membres.


Erika Dorwling-Carter, Chargée de communication à Dauphine Alumni : Vous êtes diplômé d’un Master 2 Management Global des Entreprises en 2015. Depuis combien de temps avez-vous pris la responsabilité du Club Tech ?

Sébastien Bourguignon : Je suis arrivé début 2017 au bureau du Club pour rejoindre l’ancien Président et l’aider à relancer l’activité. En effet, le Club Tech existe depuis de nombreuses années mais comme pour beaucoup d’associations il lui manquait un noyau dur de personnes capables de se mobiliser bénévolement et de s’impliquer personnellement pour dynamiser l’activité.
Pour des raisons personnelles, le dernier Président n’a plus eu suffisamment de temps à consacrer au Club, j’en ai donc repris la direction en septembre 2018. Entre-temps deux alumni de Dauphine sont venus nous rejoindre : Sylvain Chevalier et Audrey Ayache. 


EDC : Le Club Tech s’intitulait encore récemment Club Systèmes d’Information, pouvez-vous nous expliquer les raisons de ce changement ?

SB : Nous avions eu des remontées ces derniers mois de différentes sources exprimant le fait que le terme « Systèmes d’Information » pouvait être une barrière pour pas mal d’alumni. Nous avons donc lancé un challenge auprès de nos membres actifs et le Club Tech est ressorti. Ce terme est plus fédérateur, il sous-tend surtout l’enjeu de la technologie au sens large et pas uniquement des systèmes d’information. Nous couvrons ainsi plus légitimement la tech du point de vue des SI mais aussi de l’innovation et du digital, ce qui était moins prégnant dans notre ancien nom.


EDC : Qu’est-ce qui vous a motivé pour animer la communauté Dauphinoise à travers le Club Tech ?

SB : Lorsque j’ai obtenu mon diplôme en 2015 suite à un cycle de formation continue de 18 mois, je me suis dit que je voulais garder un lien avec Dauphine, d’abord, pour continuer à progresser dans mon activité professionnelle au travers des rencontres avec d’autres alumni et par le biais des conférences, et ensuite pour m’investir plus personnellement dans la vie de l’université.
 De par mon métier lié aux systèmes d’information, du digital et de l’innovation, cela fait maintenant 20 ans que j’évolue dans ces secteurs. Rejoindre le Club Tech m’a donc semblé tout à fait naturel et parfaitement correspondre à toutes mes attentes.


EDC : Quels types d’événements organisez-vous pour animer le Club ?

SB : Nous avons déjà organisé 4 événements depuis que j’ai repris le Club sans compter les comités d’organisation qui nous réunissent toutes les 6 semaines pour avancer sur notre roadmap. Tout d’abord le premier, dont je suis très fier car il s’agissait de faire un événement majeur pour marquer notre renaissance, portait sur le financement de l’innovation et des startups. Nous avons à cette occasion co-organisé avec l’Incubateur de Dauphine une table ronde qui a réuni environ 150 professionnels dans la salle Raymond Aron sur le thème « VC vs. Corporate VC, et la startup dans tout ça ? ». À cette occasion nous avons eu la chance de pouvoir compter parmi les intervenants :


Puis après, nous avons organisé trois autres événements : un retour d’expérience sur le déploiement de la dernière version de SAP S/4HANA avec un petit groupe motivé, un autre retour d’expérience sur le déploiement de ServiceNow avec plus de 13000 personnes dans le monde et une soirée sur la cybersécurité avec la présence de l’ANSSI.


EDC : En moyenne combien d’alumni arrivez-vous à rassembler pour vos événements ?

SB : Nos événements ayant différentes formes, il est très difficile de donner une moyenne. Pour l’événement sur le financement de l’innovation, nous étions 150, pour les retours d’expérience nous sommes en moyenne une trentaine, pour tous les groupes de travail autour de l’organisation du Club nous sommes une dizaine.


EDC : Que vous apporte Dauphine Alumni dans l’animation du Club ?

SB : Dauphine Alumni est la cheville ouvrière de l’organisation de nos événements. Nous travaillons main dans la main pour faire en sorte que toute la logistique soit mise en place pour permettre la tenue de nos rendez-vous. Qu’il s’agisse de la réservation des salles avec le planning central, la réservation des moyens techniques et humains pour les événements (micros, projecteurs, vestiaire…), tout le fléchage dans Dauphine pour indiquer les salles aux invités ou encore de la mise en ligne et la diffusion de nos événements auprès des dauphinois, rien ne serait possible sans eux.


EDC : Qu’attendent selon-vous les Dauphinois du Club Tech ?

SB : Il s’agissait justement de la question que nous leur avons posée lors de la réunion de rentrée et de l’atelier que nous avons réalisé sur la roadmap du Club. Les grandes attentes de nos alumni sont les suivantes :

  • Accéder aux startups de l’Incubateur de Paris-Dauphine
  • Sourcer des candidats pour de l’apprentissage ou un CDI
  • Avoir des retours d’expérience sur des projets IT
  • Disposer d’un forum pour poser des questions, pour obtenir du retour d’expérience de la part des membres
  • Mobiliser au sein de Dauphine les étudiants en SI aussi bien en formation continue qu’en formation initiale sur les sujets du moment
  • S’appuyer sur les étudiants pour faire tourner le Club Tech (événementiel, contenu, …)
  • Faire en sorte que le Club Tech se rattache à d’autres événements externes pour rayonner davantage
  • Disposer d’un groupe d’échanges sur WhatsApp
  • Recréer du lien avec Dauphine en tant qu’alumni
  • Explorer les sujets autour de la donnée
  • Brainstormer sur des sujets prospectifs autour de la technologie
  • Mettre en avant les professeurs de Dauphine en les faisant intervenir sur des débats, des conférences, du contenu....
  • Réfléchir sur les usages de la technologie appliquée au business, les perspectives réelles pour les entreprises
  • Proposer des sujets à des étudiants de Dauphine pour des mémoires ou des études de cas


Il s’agit là des idées qui ont émergé lors de nos réunions régulières sur notre stratégie et notre roadmap et que nous affinons régulièrement.


EDC : Comment arrivez-vous à fédérer ce réseau ?

SB : Petit à petit ! Ce n’est pas simple car lorsque je suis arrivé dans le Club nous avions environ 200 inscrits et nous ne connaissions personne, pire lorsque nous les sollicitions il n’y avait aucune réponse, encéphalogramme plat ! Les premiers points de rencontre nous ont permis de redevenir crédibles dans notre discours et nos ambitions. À chaque rencontre nous sommes un peu plus nombreux et les membres présents sont un peu plus engagés par rapport à ce que nous proposons ou à l’aide dont nous avons besoin pour faire grandir le Club. Quelques facteurs clés de succès selon moi pour réussir à fédérer :

  • Communiquer régulièrement sur ce que l’on fait, en particulier systématiquement réaliser un compte-rendu des événements ou réunions de travail
  • Disposer d’un canal de communication interactif et simple d’accès, nous avons choisi WhatsApp qui est maintenant très utilisé par de nombreuses personnes
  • Solliciter les alumni pour leur demander ce qu’ils veulent et ne pas imaginer à leur place ce qui pourrait les intéresser
  • Ouvrir les portes du Club aux étudiants et aux enseignants
  • Proposer régulièrement des événements qui permettent aux alumni de se retrouver et de networker car finalement c’est aussi une des attentes principales


EDC : Comment arrivez-vous à concilier votre activité professionnelle avec votre engagement comme bénévole dans l’animation du Club ? 

SB : J’ai de multiples vies en dehors de mon activité professionnelle, je suis très engagé sur de nombreux sujets qui me passionnent et qui me prennent pas mal de temps et d’énergie (blockchain, startup, digital, réseaux sociaux…) Je travaille beaucoup et mes soirées aussi bien que mes week-ends sont bien remplis. Je suis convaincu que la réussite est une somme de rencontres et d’opportunités qui ne peuvent avoir lieu qu’à partir du moment où l’on « se bouge » et où l’on est ouvert aux challenges aussi bien qu’à l’entraide. Le temps, on arrive toujours à le trouver lorsqu’on en a envie, on fait des concessions, on jongle avec un emploi du temps, finalement on s’adapte, c’est un peu ma recette pour avancer sur de nombreux fronts en parallèle dont le Club Tech fait maintenant partie.


Retrouvez les comptes rendus des réunions précédentes du Club Tech ici

479 vues Visites

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Présentation des Clubs

Rencontre avec Maxence Bringuier, Responsable du Chapter New-York

ED

Érika DORWLING - CARTER

18 décembre

Présentation des Clubs

Rencontre avec Louis Pinault, Responsable du Club Luxe

ED

Érika DORWLING - CARTER

04 novembre

Présentation des Clubs

Rencontre avec David Senbel, responsable du Chapter Montréal

PG

Pauline GODARD

11 juillet