Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Quel réseau social pour quelle info ?

DauphiNews

-

15/05/2020

Quel réseau social pour quelle info ? 

Plus d'un demi-billard de personnes sont inscrites sur LinkedIn . Le double sur Instagram. Encore le double sur Facebook. Où et comment parler de sa vie professionnelle ? Voici quelques conseils d'experts. 


Sarah Lauprête (promo 2011), responsable communication digitale, Amundi
Hugo Picaper (promo 2012), fondateur de Forcola, conseil en communication et marketing



Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn, les réseaux sont nombreux, avec chacun son public et ses usages. Certains ont vocation à être ouverts à tous, d’autres sont plus fermés, destinéà un cercle proche. Pour ne pas trop vous mélanger les pinceaux et publier les bons contenus aux bons endroits, suivez le guide. 


LINKEDIN : CRÉER A MINIMA UN COMPTE 

C’est le premier conseil de Sarah Lauprête (11), responsable communication digitale pour la société de gestion Amundi : créer un compte sur LinkedIn, même si l’on ne souhaite pas être actif sur la plate-forme. “Nous conseillons même aux réticents de préempter leur présence, avec leurs entreprise actuelle, études suivies, photo, nom et prénom. Ainsi, les personnes vous cherchant sauront tout de suite que c’est bien vous, et personne ne risque d’usurper votre identité”, recommande-t-elle. Une personne mal intentionnée peut en e et profiter d’un vide pour créer un compte au nom d’une personne non inscrite. 

LinkedIn étant connu de tous comme un réseau social ouvertement professionnel, mieux vaut rester dans le cadre “pro” lorsque vous appuyez sur “publier”. “L’idée est de prendre la parole si vous avez des choses intéressantes à partager avec votre réseau professionnel. Pas question d’y mettre une photo de votre chat, de vos enfants et de vos vacances ! Apportez au contraire du contenu pertinent à vos contacts, parlez de vos activités, en montrant vos compétences, vos talents, sous la forme d’articles, de vidéos, d’infographies. L’objectif est de montrer que vous êtes un expert dans votre domaine”, suggère Hugo Picaper (12), fondateur de Forcola, société de conseil en communication et marketing, également responsable du club Digital, Media & Communication de Dauphine Alumni. Son conseil : publier un contenu par semaine ou toutes les deux semaines en lien avec son secteur. 


FACEBOOK : UN RÉSEAU PLUTÔT PRIVÉ 

En interne, Amundi recommande à ses collaborateurs de garder ce réseau dédié à sa vie personnelle. En restreignant ses publications à un public limité, composé de sa famille et de ses amis, il est alors possible de publier des contenus “perso” : vacances, animal de compagnie, hobbies... “Nous conseillons de vérifier tout de même quelques fois par an ses paramètres de confidentialité, car ils changent régulièrement. Une fonctionnalité permet de voir ce à quoi une personne extérieure a accès. Vous pouvez aussi demander à ne pas être tagué automatiquement sur les photos”, précise Sarah Lauprête. Autre solution : ne pas mettre son vrai nom sur le réseau social.
Sur une telle plate-forme, attention à qui l’on ajoute dans ses amis. “On peut faire le choix de ne pas accepter ses collègues, puisqu’il s’agit d’un réseau personnel. En Asie, par exemple, le pro et le perso étant peu distincts sur Facebook, mes contacts étrangers ont tendance à m’ajouter. Je ne les ai pas acceptés et leur ai expliqué que ce réseau est dédié à ma vie privée. Si l’on dit clairement les choses, posément, les gens comprennent”, ajoute-t-elle. 


INSTAGRAM : PRO OU PERSO ? 

Avec ses quelque 25 millions de comptes de marques, Instagram intéresse de près les professionnels. “Pour une entreprise, il est important de disposer d’une page, de montrer que l’on est dans son époque. C’est l’occasion de montrer l’univers de la société, sa bonne ambiance, ses produits. D’un point de vue personnel, à chacun de décider de prendre ou non le temps d’être actif sur ce réseau social, de poster photos et stories. Si le compte est personnel, il est possible d’en bloquer l’usage, filtré pour les contacts de son choix”, détaille Hugo Picaper, qui recommande de toujours rester vigilant quant à ses publications, même si elles sont privées.
Quelques autres conseils à avoir en tête. “Nous rappelons à nos collaborateurs qu’ils doivent respecter la propriété intellectuelle et le droit à l’image : ils n’ont pas le droit de prendre une photo d’un collègue sans sa permission et doivent rester prudents quant à la confidentialité de certaines informations. Par exemple, si je suis à une présentation client, je ne la publie pas sur Instagram sans être certain d’en avoir le droit”, complète Sarah Lauprête. Du bon sens, qui permet d’éviter des boulettes. 


TWITER : LE CULTE DE L’INSTANTANÉ 

Twitter est un réseau dédié à l’instantanéité. “La durée d’un tweet est de 2 h 30. Twitter est pratique pour faire de la veille, avec de nombreux journalistes, communicants, entreprises, qui di usent des informations. Mais attention à ce que vous publiez, car il n’est pas possible de modifier ensuite un tweet, seulement de le supprimer, et encore, beaucoup réalisent des captures d’écran de tweets sensibles. Les échanges sont rapides, mieux vaut veiller à ce que cela ne dégénère pas. Si l’on se sert activement de Twitter, il faudra être en veille au quotidien et garder un œil sur ce qu’il s’y passe”, recommande Hugo Picaper. Un réseau social à ne pas recommander à tous les usages, donc.
Autre conseil : sur son profil, attention avant de cliquer sur l’onglet “J’aime”. Une recommandation que l’homme politique américain Ted Cruz aurait dû suivre : son compte a liké une vidéo classée X, ce qui a bien sûr été repéré par des internautes. “Si l’on est appelé à devenir connu par son activitéà prendre la parole, il faut effectuer une veille sur ses comptes. Or, la liste de tous les contenus que l’on a likés est publique sur Twitter”, explique Hugo Picaper. Les mauvaises manipulations pouvant arriver, mieux vaut vérifier régulièrement ce fameux onglet. 


PRUDENCE ET MESURE 

Au final, la recommandation de nos experts : la prudence. “De manière générale, si l’on souhaite publier quelque chose que l’on n’assumerait pas dans la rue, c’est que cela n’a pas sa place sur Internet. Si votre profil devient public pour n’importe quelle raison, il faut pouvoir assumer”, tranche Sarah Lauprête. Et pour garder un œil sur tous les réseaux sociaux, même les plus anciens, rien de tel que de vous googliser de temps en temps, dans Google et Google Images, pour vérifier que votre e-réputation demeure bien conforme à vos attentes. 


QUELQUES CHIFFRES

  • 83% des parents sont amis avec leurs enfants sur Facebook 
  • 130 000 articles sont créés chaque mois sur LinkedIn 
  • 100 millions de photos partagées et 4,2 milliards de likes chaque jour sur Instagram
  • 500 millions de tweets sont envoyés chaque jour 


Les réseaux sociaux les plus utilisés dans le monde (nombre d’utilisateurs actifs mensuels) 

  • Facebook : 2,45 milliards 
  • Instagram : 1 milliard Twitter : 330 millions 
  • LinkedIn : 106 millions 


Tous les chiffres, source : www.blogdumoderateur.com  


Webinaire "Comment maîtriser LinkedIn ?" 

Mercredi 20 mai à 17h30 

Animé par Sarah Laupête et Hugo Picaper du Club Digital Media Communication 

Je m'inscris

139 vues Visites

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

DauphiNews

Entreprises - L'humain avant tout - American Express

ED

Érika DORWLING - CARTER

12 mai

DauphiNews

Entreprises - “Garantir l’accès au meilleur des contenus à nos clients” - Orange Content

photo de profil d'un membre

Sibylle AUBOYNEAU

25 avril

DauphiNews

DauphiNews #2 - Mars 2020

ED

Érika DORWLING - CARTER

18 mars