Accès membre

fr
DAUPHINE ALUMNI

Matthias Leullier, Directeur Général adjoint chez Live Nation France

  • 8 nov. 2018
  • -
  • Catégorie : L'Alumni du mois
  • -
  • Auteur : Lionel SOUTENARE
  • -
  • Vu : 144 fois
Matthias Leullier, Directeur Général adjoint chez Live Nation France

Matthias Leullier, Directeur Général adjoint chez Live Nation France


Sa biographie


Co fondateur en 2005 et directeur de Nous Productions, l'une des sociétés de production de spectacles et de concerts indépendantes les plus importantes en France ensuite rachetée par le groupe Warner Music en 2009 (avec à son actif de l'époque un des catalogues d'artistes internationaux et français les plus larges mais également d'évènements et de festivals comme Rock En Seine ou Sonisphere), Matthias Leullier rejoint Live Nation France en octobre 2016 en tant que Directeur Général Adjoint.


En tant qu'entité française du groupe Live Nation Entertainment – plus grande entreprise mondiale de l'Entertainment musical, allant de la production de concerts, d'événements et d'artistes – Live Nation France représente aujourd'hui le plus important roster de talents internationaux (U2, Coldplay, The Weeknd, Drake, Bruno Mars...), d'artistes français (Nekfeu, La Femme, The Blaze, Vald...), ainsi que de festivals et d'évènements de toute envergure (Lollapalooza Paris, Download, Main Square...).


Matthias s'occupe par ailleurs depuis 2007 de la production des défilés du designer de mode Hedi Slimane pour différentes maisons de luxe comme Dior Homme, Saint Laurent, et actuellement Celine.


L'interview


Quelles études avez-vous suivi à l’Université Paris-Dauphine ?

DEUG et MSG (spécialité Entreprenariat en MSG2).

Quel est votre meilleur souvenir à Paris-Dauphine ?

L'obtention de ma MSG. Ayant eu l'opportunité de démarrer une activité professionnelle précoce et très intense au moment de mon entrée en MSG1, il m'a fallu ensuite faire pas mal de concessions et preuve de persévérance pour mener les deux de front, ce que je ne regrette pas le moins du monde avec le recul.

Avez-vous gardé des contacts avec des anciens de votre promotion ?

Quelques-uns, des amis pour la plupart. À titre professionnel, il m'arrive plus souvent de croiser des titulaires du DESS 'management des institutions culturelles' dans notre secteur.

Qu’est-ce que vos études à Paris-Dauphine vous ont apporté dans votre parcours professionnel ?

J’ai été amené à fonder et manager des structures extrêmement variées en taille et activité (de la micro société de conseil et de production à mes débuts à des structures plus importantes réalisant plusieurs millions d'euros de chiffre d'affaires comme Nous Productions, ou aujourd'hui la filiale française du groupe Live Nation, N°1 mondial de l'Entertainment). Mes études de gestion à Paris-Dauphine, de par leur variété et leur qualité, m'ont donné les outils, la confiance et la culture nécessaires pour relever la majorité des défis rencontrés, en termes managérial comme entrepreneurial.

Quelle image avez-vous de Paris-Dauphine aujourd’hui ?

D'une institution solide dont les qualités d'excellence et l'ouverture d'esprit offrent l'adaptabilité nécessaire dans le monde managérial, et dont la réputation et le rayonnement ne font que se confirmer avec le temps.

Quelle importance accordez-vous à la construction d’un réseau dans un parcours professionnel ?

L'Entertainment est un secteur très spécifique et de taille finalement assez restreinte, où tous les acteurs se croisent pour la plupart depuis des années. Il n'existe pas réellement de formations pour l'intégrer c'est pourquoi, historiquement, le secteur de l’Entertainment est un milieu où l'expérience 'terrain' a toujours été davantage valorisée. Mais avec la transformation et l'industrialisation exponentielle du secteur du live, la montée en puissance d'acteurs et de groupes globaux, l'accroissement des enjeux et des process managériaux de plus en plus exigeants, les profils présentant des formations et des capacités de gestion solides et versatiles vont être de plus en plus recherchés.

Quels conseils donneriez-vous à des étudiants entrepreneurs voulant créer une start-up ?

D'avoir confiance en leurs capacités et leurs acquis. Même s'ils peuvent avoir l'impression de n'avoir aucun savoir-faire spécifique, c'est justement une fois en prise avec la réalité du terrain que se révèle tout l'apport de cette culture managériale engrangée au fil des de leurs années d'études. C'est avant tout un état d'esprit, celui de ne jamais se sentir complètement désarmé face à des défis professionnels inédits, que ce soit devant des cas de figure très opérationnelles et spécifiques ou des décisions plus stratégiques et globales.


Auteur :
Lionel SOUTENARE

Staff

Commentaires

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire